Prénoms

Texte extrait du roman Divorce à la musulmane à viale Marconi, d’Amara Lakhous. Vidéo réalisée avec quelques étudiants et personnels de l’ENSAPC, par Nadir Haddadou et Bocar Niang, dans le cadre du workshop YouTube/écriture à l’ENSAPC, animé par François Bon.

Le dilemme du métro

 

Document sonore : Texte, captation de son dans le métro, et montage par Nadir Haddadou
Lu et enregistré par Clémentine Nedelec

Première soirée de Arthure Rimbaud – Lu par Nadir Haddadou

Troisième lecture de la série : Lectures imparfaites

Poème : Première soirée de Arthure Rimbaud

Lecture : Nadir Haddadou

Musique : Circus Marcus

Texte :

 

Première soirée

– Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près.

Assise sur ma grande chaise,
Mi-nue, elle joignait les mains.
Sur le plancher frissonnaient d’aise
Ses petits pieds si fins, si fins.

– Je regardai, couleur de cire,
Un petit rayon buissonnier
Papillonner dans son sourire
Et sur son sein, – mouche au rosier.

– Je baisai ses fines chevilles.
Elle eut un doux rire brutal
Qui s’égrenait en claires trilles,
Un joli rire de cristal.

Les petits pieds sous la chemise
Se sauvèrent :  » Veux-tu finir !  »
– La première audace permise,
Le rire feignait de punir !

– Pauvrets palpitants sous ma lèvre,
Je baisai doucement ses yeux :
– Elle jeta sa tête mièvre
En arrière :  » Oh ! c’est encor mieux !…

Monsieur, j’ai deux mots à te dire…  »
– Je lui jetai le reste au sein
Dans un baiser, qui la fit rire
D’un bon rire qui voulait bien…

– Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près.

Arthure Rimbaud